simple poème

FRAGILE. / ENXENDE

par Xe M. Sánchez

 

FRAGILE

 

Certains jours,

je me sens fragile,

comme une feuille d’automme

balancée par le vent.

Il s’agit de jours où il semble

que le temps a cessé d’être ton ami

-le futur est déjà présent-,

des jours pour lire

-en recherchant ces vérités

qui n’existent pas-

ou pour écrire.

Des jours pour oublier,

où, peut-être,

je trouve notre essence,

notre rien.

Certains jours,

le vent du nord-est de Toró

me rappelle

que tout était brume,

que tout était pluie fine,

que tout fut présage.

 

 

 

ENXENDE

 

Dellos díes,

siéntome enxende

comu una fueya serondiega

cañicándome col vientu.

Son díes nos que paez

que’l tiempu

dexó yá de ser el to collaciu

-el futuru yá ye presente-,

díes pa lleer

-a la gueta d’eses verdaes

que nun esisten-

o pa escribir.

Díes pa escaecer,

nos que quiciabes,

ye cuandu m’atopo daveres

cola nuesa esencia,

cola nuesa nada.

Dellos díes

el nordés de Toró

remémbrame

que too yera borrín,

que too yera orbayu,

too foi badagüeyu.

 

Xe M. Sánchez